intraordinaire 

michel v mange des enfants.

par Michel Valdrighi, 3X ans, bonne à tout faire du web le jour, superhéros injustement méconnu la nuit.

2009 10 12

si tout fonctionnait comme l’attribution du prix Nobel de la paix

Si tout marchait comme le prix Nobel attribué à Obama << pour l'espoir qu'il suscite >> :

  • Les bœufs ne seraient plus un pré-requis avant de pouvoir mettre les charrues.
  • Laure Manaudou aurait eu le titre olympique à Pékin, sans nager.
  • Les américains auraient marché sur la Lune, sans lancer de fusée.
  • Au bout de deux ans de droit et autant de redoublements, Jean Sarkozy aurait enchaîné les postes à responsabilité. (Ah, on me fait signe que ça marche comme le prix Nobel ça !)
  • … et quoi d’autre encore ?
18:16 | 3 commentaires | tags :

2008 10 28

code switching

Put simply, if Palin says « Barack Obama consorts with terrorists », she is making the assertion that he supports acts of violence against American citizens and the media will refute this obviously false assertion. If, instead, Palin says he « pals around with terrorists », she’s used code-switching to mask the seriousness of the charge, obfuscating her meaning enough to get away with making an assertion that inevitably calls for the imprisonment or even assassination of a political opponent.

This clever use of language only hides Palin’s meaning from members of the press.

Anil Dash, What Sarah Palin is saying

Anil Dash décrypte les intentions derrière le langage familier de Sarah Palin. Les passages sur le code switching sont particulièrement incisifs : la dangerosité de cette femme ne vient pas de ses opinions, mais de sa capacité à s’adresser directement à sa base électorale rurale blanche en passant sous le radar de la presse, qui semble ne s’intéresser qu’au langage soutenu…

2008 10 17

désolé papa, je vote Obama

Obama has in him—I think, despite his sometimes airy-fairy “We are the people we have been waiting for” silly rhetoric—the potential to be a good, perhaps even great leader. He is, it seems clear enough, what the historical moment seems to be calling for.

So, I wish him all the best. We are all in this together. Necessity is the mother of bipartisanship. And so, for the first time in my life, I’ll be pulling the Democratic lever in November. As the saying goes, God save the United States of America.

Christopher Buckley, Sorry, Dad, I’m Voting for Obama

Christopher Buckley, éditorialiste au très républicain National Review, et fils du fondateur du journal, a choisi de voter pour Barack Obama en novembre… et se fait virer pour ça trois jours plus tard.

But then, conservatives have always had a bit of trouble with the concept of diversity. The GOP likes to say it’s a big-tent. Looks more like a yurt to me.

C’est bête, ces temps-ci j’avais tendance à dire à qui voulait l’entendre que nous avions des leçons à prendre des États Unis en matière d’ouverture politique…

22:01 | 3 commentaires | tags :

mots

interview anagramme : Président Barack Obama

Cette interview est une fiction. Chaque réponse est un anagramme du nom de l’invité.
(Le concept vient de Davezilla.)

Michel : À l’aube de votre carrière de Commandant en Chef des armées, quel genre de problème logistique rencontrez-vous en Irak ?
Président Barack Obama : Kebab constiper armada.

Michel : Quelle serait la meilleure stratégie de repli pour l’armée américaine ?
Président Barack Obama : Bombarderait pancakes.

Michel : Comptez-vous sur la coopération d’autres pays du Moyen Orient dans ce repli ?
Président Barack Obama : Emirat, pancakes ? Bobard.

Michel : Votre avis sur la situation en Afghanistan, et ce qui peut y prolonger la guerre ?
Président Barack Obama : Macabre, borde Pakistan.

Michel : Parlons politique française et intégration des minorités : on parle de l’influence de sa mère juive sur les positions de Nicolas Sarkozy, qu’en pensez-vous ?
Président Barack Obama : Sarko adapté rabbin, mec.

Michel : Plusieurs rumeurs circulent sur un plan échangiste entre nos deux couples présidentiels qui aurait mal tourné, pouvez-vous nous en dire plus ?
Président Barack Obama : Sarko banda, crampe bite.

Michel : On parle aussi du trouble passé gay de John McCain, quel était son surnom au Vietnam ?
Président Barack Obama : « Bareback penis matador. »

Michel : On dit que vous seriez intime avec Bernard Kouchner.
Président Barack Obama : Bernard baptisa ma coke.

Question bonus :

Michel : Oh, un plateau de makis M7 !
Président Barack Obama : Captons maki de barbare !

Autres interviews anagrammes : Laurent Gloaguen, Matt Mullenweg, Ben Metcalfe.

2008/11/10 19:57 | 5 commentaires | tags :

meule de foin

le passé

et vous êtes ?

À l’aréoport.

pouvoirisé par

WordPress et une équipe de hamsters joviaux
…et des poneys !

©2006-2014 Michel Valdrighi (Dinoblogueur -1235 avant LLM)
contact : michel point (la vingt deuxième lettre de l'alphabet) @ (la lettre juste après le F) mail point com