intraordinaire 

michel v mange des enfants.

par Michel Valdrighi, 3X ans, bonne à tout faire du web le jour, superhéros injustement méconnu la nuit.

mots

mort à trois ans et vingt trois mille photo

On devait sortir lui et moi faire des photos de Paris (pour changer), on devait retrouver deux cent de ses camarades, je lui avais préparé de jolis habits de rechange dans mon sac.

(Là, ami(e) lecteur(trice), imagine une voix off qui déclame : « Mais leur bonheur est de courte durée… car soudain le destin s’acharne sur eux. »)

Et paf, arrivés au lieu de rendez-vous, mon 350d refuse de s’allumer. Une demie heure de tentatives de réanimation n’y ont rien fait, mon premier appareil photo « sérieux » est mort, à exactement trois ans et pas exactement vingt trois mille photos.

C’est bête, si j’avais su qu’il mourrait ce weekend, j’aurais pris plein de photos juste avant. Par exemple au casting Gillette où il est resté sagement dans mon sac, tout impliqué que j’étais à noter les candidates (et en fin de soirée à parler marketing et blogs avec le boss de Passage Piéton). Ou encore à l’ouverture du 104 (mais là, les premiers signes de mort imminente pointaient leur nez, l’autofocus faisait n’importe quoi).

M’enfin, si vous connaissez un réparateur Canon pas cher, je suis preneur (si ça dépasse les 150 euros, je déclare l’appareil mort pour de bon).
C’est bête, disais-je, j’avais prévu depuis le début que ça ne durerait pas longtemps, que je prendrais un plus gros boîtier un jour. Puis j’avais maîtrisé cette envie, au point que mon budget photo 2008 ne s’élève qu’à la maigre somme de 8 euros.
Il va falloir investir, et je n’ai pas 700 euros sous la main (ou 2500 si j’étais complètement déraisonnable). Peut-être me laisserai-je quand même tenter par un Pentax K20D avant la fin de l’année.

À part ça, hier c’était aussi le World Toy Camera Day, et comme j’avais aussi mon Diana sur moi, j’ai pu shooter de l’argentique low-fi. Vivement le développement des 12 photos.
Et vivement le prochain allumage d’un reflex numérique entre mes mains, qu’il soit ressuscité ou tout neuf. Parce que la patience de l’argentique, je ne l’aurai jamais.

2008/10/19 23:47 | 5 commentaires | tags :

meule de foin

le passé

et vous êtes ?

À l’aréoport.

pouvoirisé par

WordPress et une équipe de hamsters joviaux
…et des poneys !

©2006-2016 Michel Valdrighi (Dinoblogueur -1235 avant LLM)
contact : michel point (la vingt deuxième lettre de l'alphabet) @ (la lettre juste après le F) mail point com